Accueil Portraits de femmes Carole Gaillard – Chais Elles

Carole Gaillard – Chais Elles

par Hélène

Passion, authenticité, ce sont avec ces mots que Carole Gaillard nous fait découvrir l’univers du vin. Cet univers qu’elle affectionne particulièrement en représentant les femmes vigneronnes. En créant Chais Elles, Carole Gaillard a choisi de représenter les femmes dans cet univers qui peut être encore masculin parfois. Pourtant, ces femmes vigneronnes parlent de leur vin avec une réelle authenticité et vous font partager la vie de leur domaine et de leur terroir avec beaucoup de sincérité.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

 Je suis Carole Gaillard, j’ai 57 ans, je suis femme cheffe d’entreprise depuis 2013. Il y a déjà presque 10 ans, je me suis posée pas mal de questions sur ce que je souhaitais faire et j’ai eu envie de créer mon entreprise autour du vin et des femmes vigneronnes. C’est comme cela qu’est née Chais Elles.

Rien ne me prédestinait à être une cheffe d’entreprise. Ce n’est pas le fruit du hasard, mais plutôt celui d’un ressenti, d’une grande passion pour le vin. Pendant des années, j’ai fait partie d’un club d’œnologie. Je savais qu’un jour, lorsque le temps me serait donné, je me lancerais à l’aventure pour parler du vin avec beaucoup de passion et de sincérité.

Quelles ont été les grandes étapes de votre parcours de formation ?

Auparavant, j’ai été professeur d’espagnol. Puis je me suis tournée vers l’entrepreneuriat.

En 2012, j’ai passé un WSET (Wine & Spirit Education Trust) qui est un diplôme en œnologie à Paris. Il est important d’avoir un diplôme pour pouvoir gagner sa légitimité dans ce milieu et surtout, j’en avais besoin pour représenter les femmes vigneronnes. Je suis allée dans de nombreux salons et ai sillonné l’Europe pour aller à la rencontre de ces femmes du vin.

En quoi consiste votre activité de cheffe d’entreprise ? Pourquoi l’avoir choisie ?

Mon activité avec Chais Elles, c’est la mise en lumière des femmes vigneronnes. J’ai choisi ce concept féminin parce je trouvais que l’on ne parlait pas assez des femmes dans l’univers du vin dans les années 2010. À cette époque, l’univers du vin était encore très masculin et les femmes vigneronnes n’étaient pas mises en avant. Heureusement, depuis les choses ont évolué.

Le 08 mars 2013, le jour de la journée de la femme, j’ai créé le 1er salon des femmes vigneronnes. L’idée était, à travers Chais Elles, de révéler les femmes vigneronnes lors d’organisations d’évènements, de dégustations ou de salons, etc. Chais Elles c’est en fait une agence de communication et d’évènementiel pour révéler ces talents féminins.

Chais Elles - Carole Gaillard parlant du vin lors d'un salon

Avec l’arrivée du COVID et cette crise sanitaire, toutes ces activités événementielles se sont arrêtées. Plus de salons, plus de dégustations, plus d’ouverture vers le monde… Pour pouvoir faire face à cette situation, j’ai créé une boutique en ligne afin de rester visible, de permettre à ces femmes vigneronnes de pouvoir continuer à rayonner et de partager mes Coups de Cœur.

Comment vous êtes-vous lancée dans l’entrepreneuriat ?

En dehors de mon métier de professeur d’espagnol, j’ai animé énormément d’associations et fait beaucoup de bénévolat. J’aime partager mes passions avec les autres. J’avais besoin de faire découvrir aux gens ma passion du vin avec de l’authenticité, de la vérité et de la sincérité.

Pendant 20 ans, je suis allée à des ateliers sur l’œnologie. Je ne me retrouvais pas dans cette approche masculine du vin que je trouvais un peu trop académique. Même si je prenais beaucoup de plaisir à suivre ces cours, je ressentais ce besoin de parler du vin différemment et cela a suscité mon envie de me lancer dans l’entrepreneuriat.

Je me souviens être allée chez des cavistes dans les années 2010 en demandant des vins de femmes vigneronnes, car j’avais déjà le projet de Chais Elles en tête. Ils ne savaient pas m’orienter ni me répondre, ça ne les intéressait pas. À cette époque, on vendait le vin comme un produit noble certes, mais sans connaitre son histoire : celle des vignerons et des domaines.

Avec Chais Elles, c’est le côté humain que j’ai souhaité mettre au cœur de ce projet. Quand j’ai vu le succès immédiat du 1er salon des femmes vigneronnes, je me suis dit que j’étais sur quelque chose de sensible. Les gens ont envie qu’on leur raconte une histoire et ces femmes vigneronnes savent raconter l’histoire de leurs vins. Ce que les hommes ne faisaient pas encore à l’époque.

Chais Elles - Carole Gaillard faisant une dégustation de vin

À l’intérieur d’une bouteille, il y a l’âme du vigneron… son histoire, l’histoire du domaine, d’un terroir, d’une transmission et même parfois de moments difficiles et douloureux. C’est ce que j’ai souhaité raconter, car je ne l’entendais pas à travers ces cours.

Comment équilibrez-vous vie professionnelle et vie personnelle ?

Quand on est seule et que l’on crée son entreprise tardivement, il peut être difficile de trouver son équilibre. Durant les dernières années, j’avais surtout été maman et je m’étais beaucoup investie dans le bénévolat. J’ai beaucoup aimé ces années, mais je pense que j’avais un manque et donc un besoin à assouvir.

Chais Elles - Carole Gaillard Lors d'un salon du vin

Les 2/3 premières années de Chais Elles, je souhaitais vraiment me réaliser professionnellement et j’avais besoin de cette satisfaction par rapport à cette approche du vin. Cette période a été très intense. Je n’ai pas toujours su gérer mon temps, j’étais happée dans ce tourbillon, car je souhaitais que ça fonctionne et j’ai peut-être un peu délaissé tout le reste à côté.

Je vivais pleinement mon rêve en allant à la rencontre de ces femmes vigneronnes pour les faire connaitre. Mon rêve était basé sur l’humain et cette passion débordante et cette envie d’avancer vite m’ont totalement habitée et parfois dépassée.

Aujourd’hui, j’ai trouvé cet équilibre. En travaillant de chez soi, il faut s’imposer des limites, savoir gérer son temps et savoir dire non aussi parfois. 

En tant que femme, trouvez-vous qu’il est plus difficile d’être cheffe d’entreprise ?

Il est plus difficile en tant que femme d’être cheffe d’entreprise, car on doit davantage faire ses preuves, travailler plus et il est parfois plus difficile de gagner sa légitimité.

Pour autant, je ne veux pas partir dans cette généralité. Je ne suis pas féministe. J’ai créé Chais Elles pour mettre en lumière ces femmes et avancer vers la parité dans un univers qui était très masculin. Il est important d’avancer ensemble et il est essentiel que les femmes aient les mêmes droits.

Je fais déguster des vins élaborés par des femmes vigneronnes, mais les principaux dégustateurs et amateurs de vin sont encore des hommes. Ils ont également envie d’entendre ces femmes parler avec beaucoup plus de passion et d’authenticité de leurs vins.

Les vignes de femmes vigneronnes

Pour moi, la difficulté n’a pas été d’être une femme, c’est le fait de ne pas être issue de l’univers de la terre, du monde agricole, du monde du vin qui a été plus compliqué.

Selon vous quels sont les avantages et les inconvénients de l’entrepreneuriat aujourd’hui ?

Les avantages de l’entrepreneuriat sont nombreux. La liberté, la liberté d’organiser son temps, de prendre les décisions que l’on souhaite… La liberté de donner la direction que l’on souhaite à son entreprise, on ne peut le faire que lorsqu’on est seule décisionnaire. À plusieurs, ça peut être plus compliqué.

Même si en contrepartie, il y a aussi la solitude du chef d’entreprise qui elle peut être très lourde. On peut parfois se sentir décourager. Et puis les papiers administratifs en France, c’est assez lourd à gérer…

Malgré les difficultés, à aucun moment, je n’ai jamais regretté de m’être lancée dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

Quels sont vos secrets pour mieux vous organiser ?

Pour m’organiser, j’ai des petits bouts de papier, partout, partout ! Ils me sont vraiment indispensables. Des petits pense-bêtes avec des listes qui s’allongent régulièrement, sur lesquels on raye quelques tâches au fur et à mesure.

Apprendre à s’organiser n’est pas forcément évident, car on n’a pas le temps d’apprendre à le faire. En étant entrepreneure, il faut faire tellement de choses, donc on s’organise comme on peut.

Auriez-vous des conseils pour une femme qui souhaite ouvrir son entreprise aujourd’hui ?

Il faut oser oser… Quand on a un rêve au fond de soi et que ce que l’on ressent est vraiment fort, alors il faut oser se lancer dans son projet. Mais il faut être sûr de soi également. Le chemin de l’entrepreneuriat est rempli d’obstacles et beaucoup de gens vont essayer de vous décourager.

Chais Elles Logo

Je crois que si l’on est nourri par une idée, par une passion qui grandit en nous, il faut se lancer pour pouvoir ressentir la satisfaction de se réaliser. C’est comme une onde de vie positive, comme une fierté d’avoir osé réaliser ce rêve. Il faut savoir se faire confiance et oser prendre des risques seule.

Face aux échecs, il ne faut pas avoir peur, ils peuvent être formateurs, il ne faut pas se laisser happer par le découragement.

Pour être entrepreneure, il faut être alignée avec ses valeurs, ses objectifs, ses souhaits, se sentir bien, s’endurcir et ne jamais renoncer.

N’hésitez pas à découvrir « Chais Elles » de Carole Caillard

Découvrez également l’ensemble des portraits de femmes d’Entrepreneuriat au féminin.

2 commentaires
3

Related Posts

2 commentaires

MANSUY Dorothée 19 février 2021 - 8h17

Merci pour cet article qui rend vraiment honneur aux femmes entrepreneures. Très agréable à lire !

Répondre
Hélène 19 février 2021 - 9h13

Merci Dorothée, c’est vraiment un honneur pour moi de mettre en lumière chaque femme au travers son expérience, notamment celle de l’entrepreneuriat. 🙏😊

Répondre

Laissez un commentaire